FAQ

Vous demandez – nous répondons

Que veut l’Initiative biodiversité?

L’Initiative biodiversité

  • renforce la protection de la biodiversité, du paysage et du patrimoine bâti dans la Constitution,
  • garantit le maintien de ce qui est sous protection et ménage paysages, nature et patrimoine bâti non protégés,
  • réclame plus d’espace et plus d’argent pour la biodiversité.

Pourquoi l’Initiative biodiversité est-elle nécessaire?

Actuellement, les menaces s’accumulent sur ce qui constitue notre avenir: le nombre d’espèces vivantes, animales et végétales, se réduit comme peau de chagrin, tout comme les terres cultivées qui disparaissent sous le béton; un patrimoine bâti de valeur est détruit, de beaux paysages sacrifiés à des intérêts à court terme. Les milieux politiques et les autorités ne parviennent pas à protéger la biodiversité et les paysages. Si nous n’agissons pas, chaque mètre carré de la Suisse sera bientôt bétonné ou exploité intensivement. Il ne restera plus de place pour la diversité de la nature et du paysage.

Cette perte menace notre survie et pèse sur l’évolution de la société et de l’économie. Avec l’Initiative biodiversité, nous lançons un signal fort contre le démantèlement sournois de la législation sur la protection et contre l’abandon de notre capital naturel.

Concrètement, quels seront les impacts de l’Initiative biodiversité?

L’initiative s’inscrit dans le cadre de l’article 78 de la Constitution fédérale sur la protection de la nature et du paysage, et entend garantir notre patrimoine culturel, paysager et naturel pour les générations à venir avec les exigences principales suivantes:

Mieux tenir compte de la nature, du paysage et du patrimoine bâti: Ce qui est placé sous protection juridique doit effectivement bénéficier d’une protection. Et en ce qui concerne les objets qui ne sont pas placés sous une protection formelle, mais qui sont toutefois dignes de protection, il y a lieu de prendre les mesures requises contre les pertes progressives.

Pesée des intérêts à différents niveaux en cas d’atteintes à des objets protégés: désormais, la Constitution garantira que des intérêts prépondérants d’importance nationale seront indispensables pour autoriser des atteintes substantielles à des objets protégés de la Confédération, et des intérêts prépondérants d’importance cantonale ou nationale pour des atteintes substantielles à des objets protégés d’importance cantonale. Cette disposition empêche que des objets protégés d’importance nationale soient sacrifiés à des intérêts cantonaux particuliers.

Plus d’espace pour la nature: avec l’initiative, la Confédération et les cantons sont responsables de désigner et de conserver les objets dignes de protection et de protéger les surfaces nécessaires pour la biodiversité. L’initiative demande en outre les instruments nécessaires pour protéger ces surfaces. Ainsi l’Initiative biodiversité contribue dans une large mesure à la réalisation de l’infrastructure écologique décidée par le Conseil fédéral en 2012 déjà. En tant que membre de la Convention internationale sur la biodiversité, la Suisse est aussi tenue de protéger des surfaces (actuellement 17% de la surface du pays, à l’avenir, probablement 30%). Elle en est encore très loin. L’initiative contribue donc aussi à atteindre des objectifs internationaux en matière de biodiversité.

Davantage d’argent pour la nature: Les moyens alloués à la protection de la nature et de la biodiversité sont largement insuffisants et ne représentent qu’une fraction du besoin établi. Plus grave encore, dans les débats parlementaires autour du budget, on ne cesse de chercher à réduire encore davantage ces moyens déjà insuffisants. Nos surfaces naturelles de valeur ne peuvent donc pas être préservées conformément à la loi et les espèces menacées ne peuvent pas être protégées. Avec l’initiative, les moyens financiers et en personnel nécessaires à la préservation et à la promotion de la biodiversité devront enfin être mis à disposition.

Qui est derrière l’Initiative biodiversité?